RAMADAN

Publié le par AzX Abu Alkavkazi


Ce qu'il est important de savoir concernant le jeûne du mois de Ramadan.


Introduction:
Bismillah:
A tous nos frères et soeurs, voici à votre disposition un petit expos sur le Ramadan ainsi que les choses nécessaires qu'il nous sera utile d'apprendre et de mettre en pratique pour que notre jeûne du mois de Ramadan soit accepté et qu'Allah nous en donne la récompense qui y sera liée. Les textes sont tirés des paroles des sites se basant sur le Coran et la Sunnah celon la compréhension des pieux prédecesseurs. Il est obligatoire à tous musulman de connaître les choses essentiels de sa religion et font parti de cela les 5 piliers de l'islam et parmis ces 5 piliers fait parti de jeûner le mois de Ramadan. Voici donc un exposé sur les choses que nous avons pu rassembler et qu'il nous a semblé important de diffuser.

Qu'Allah vous fasse miséricorde.



1) Définition du Jeûne:


QU'EST-CE QUE LE JEÛNE ( AS-SIYAM ) ?

Dans la langue arabe, c'est l'abstention «El Imsak». Religieusement, c'est l'abstention avec l'intention d'adoration. Cette abstention concerne la nourriture, les boissons, les rapports conjugaux ainsi que l'ensemble des « Moufattiratt» (tout ce qui annule) du lever de l'aube au coucher du soleil.


2) Les preuves du jeûne de Ramadan:





Traduction relative et approchée :
« Ô vous qui avez cru ! Nous vous avons prescrit le jeûne comme nous l'avons prescrit à ceux qui étaient avant vous.. Peut-être serez-vous pieux » S2 V183
Traduction relative et approchée :
 "Le mois de Ramadhan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d'entre vous est présent ce mois, qu'il jeûne !" S2 V185
Il est également rapporté d'après ibn Omar que le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
 « Les fondements de l'Islam sont au nombre de cinq : Le témoignage qu'il n'y a pas de divinités sauf Allah, et que Mouhammad est le Messager d'Allah, l'accomplissement de la prière, le versement de l'aumône légale ( Zakât ), le pèlerinage à la Maison Sacrée ( Hadj )et le jeûne du mois de Ramadhan. »
Rapporté par al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi et Nassaï


 



La nation musulmane est unanime quant au fait que le jeûne du mois de Ramadhan constitue un des piliers de l'Islam


3) Quelle est la sagesse derrière l'obligation du jeûne ?:


Cheikh Uthaymin :
"Si nous lisons la Parole d?Allah
 « Ô vous les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, pour que vous atteigniez la piété » (Al-Baqarah :123),
"Si nous lisons la Parole d'Allah « Ô vous les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, pour que vous atteigniez la piété » (Al-Baqarah : 123), nous voyons quelle est la sagesse dans l'obligation du jeûne, et c'est d'atteindre la piété (taqwâ) et d'adorer Allah. At-Taqwâ consiste à délaisser ce qui est interdit, et plus généralement elle englobe le fait d'accomplir ce qui est ordonné et de laisser ce qui est interdit. Le Prophète a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge, sa mise en pratique et l'ignorance, Allah n'a pas besoin qu'il laisse sa nourriture et sa boisson. » (Al-Bukhârî). Cela confirme l'ordre pour le jeûneur d'accomplir les obligations et de s'éloigner des choses interdites, paroles et d'actes. Il ne doit pas calomnier les gens, mentir, chercher à causer des différents entre eux, réaliser de ventes illicites, et s'éloigner de tous les interdits. S'il fait cela durant tout le mois, son âme se rectifiera pour le restant de l'année. Mais il est regrettable de voir que la plupart des jeûneurs ne font pas la différence entre leurs jours de jeûne et leurs jours de rupture. Ils restent sur leurs habitudes de délaissement des obligations, d'accomplissement des interdits. On ne voit même pas qu'ils jeûnent, et bien que ces choses n'annulent pas le jeûne, elles en diminuent la récompense, et il se peut même (que leur poids) dépasse celui de la récompense du jeûne, et ainsi ils en perdront la récompense"


4) Les Mérites du jeûne du mois de Ramadan:


Il est rapporté d'après abou Houreïra (Qu'Allah l'agrée), que le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« Celui qui jeûne le mois de Ramadhan avec foi et dans l'espoir de la récompense ( divine ), il lui sera fait alors rémission de ses pêchés antérieurs. »

D' après Abou Houraira (qu' Allah l' agrée) qui a dit: l' envoyé d' Allah a dit : "Ramadan est arrivé à vous , c' est un mois béni, Allah a rendu obligatoire pour vous lors de ce mois le jeûne. Lors de ce mois, les portes du ciel sont ouvertes, les portes de l' enfer , elle , seront fermés et les plus mauvais(1) parmi les démons seront attachés [par des chaînes en fer]. Allah a mis en ce mois une nuit mieux [ en mérite] que mille mois , celui qui sera privé de ses bienfaits a été privé d' un grande bien."

(1) Dans Al Mirqat (mirqat al mafatih charh michkat al massabih) il est dit que d' après la compréhension de ce hadith , ce sont exclusivement les plus mauvais parmi les démons ( maradatou ach chayatin) qui seront attachés. (voir le livre vol 4 p 451)
Hadith rapporté par Ahmed et An Nassa'i , voir "Sahih Sounan An NAssa'i" (numéro 1992) ainsi que "Sahih At Targhib wa At Tarhib" (numéro 985), "Al Michkat" (numéro 1962) et Tamam Al Minna (390)

Abû Huraira (radiallahu 'anhu)a rapporté que le Messager d'Allah (salallahu 'alayhi wa salam) a dit :
" Toute action du fils d'Adam sera multipliée de dix à sept cents fois. Allah, Puissant et Sublime, a dit : " Sauf le jeûne, car il est pour Moi et Je le récompenserai. Il abandonne ses désirs et sa nourriture pour Moi. Il y a deux joies pour le jeûneur. Lorsqu'il rompt son jeûne et lorsqu'il rencontre Son Seigneur. Et l'haleine du jeûneur est plus agréable à Allah que l'odeur du musc. "
Al-Bukhari (4/103) et Muslim (1151)

Sahl Ibn Sa'ad (radiallahu 'anhu) a rapporté que le Prophète (salallahu 'alayhi wa salam) a dit : " En vérité, il y a une porte dans le Paradis, qui est Ar-Rayan. Le Jour du Jugement, ceux qui jeûnaient entreront par là, personne d'autre qu'eux n'entrera par celle-ci. Et quand ils seront entrés, elle se fermera, et personne n'entrera par elle (après eux). "
Al-Bukhari (4/111) et Muslim (1152)


5) Avoir l'intention de jeûner Ramadhan


Question : Comment une personne fait-elle l'intention de jeûner Ramadhan ? La simple connaissance du début de Ramadhan est-elle suffisante pour jeûner le reste des jours ?

Réponse : L'intention prend la forme d'une détermination et d'une résolution à jeûner et il est impérieux de déterminer l'intention à jeûner Ramadhan durant la nuit et ce chaque nuit.
Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu 'alayhi wa salam) et sa famille et ses compagnons.
Fatawa Ramadhan -volume 1, p.162, Fatwa n°94;
Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta.
- Fatwa n°11455

Il est important de signaler que le jeûne du mois de Ramadhan, contrairement aux jeûnes surrérogatoires, exige que l'intention soit formulée la veille (mais non prononcée à haute voix)  ou encore avant la levée de l'aube de chaque jour de jeûne car le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit d'après Hafsa :  
« Celui qui n'a pas eu l'intention de jeûner avant l'aube, il n'a pas de jeûne. »
Rapporté par abou Dawoud, Tirmidhi et cité dans Sahih el Jami? n°6538

Dans un autre Hadith
« Celui qui ne se décide pas à jeûner dès la veille ( ou la nuit ), n'a pas de jeûne. »

Il faut rappeler que ceci est spécifique pour chaque jour de jeûne du mois du Ramadhan.



6) L'abstention de tout ce qui annule le jeûne du début de l'aube (Fajr) jusqu'au coucher du soleil (Maghreb)

Traduction relative et approchée :
"On vous a permis la nuit d'as-Siyâm, d'avoir des rapports avec vos femmes ; Cohabitez donc avec elles maintenant, et cherchez ce qu'Allah a prescrit en votre faveur. Mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue pour vous le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit." S2 V187



7) Ce qui annule le jeûne:


Cheikh Uthaymin :
Le jeûne est annulé par :

1 . le rapport sexuel
2 . Manger
3 . Boire
4 . l'éjaculation volontaire provoquée par la recherche de plaisir
5 . tout ce qui est assimilé au fait de boire et manger
6 . vomir volontairement
7 . Le sang extrait par hijâmah (NdT : sur ce point les avis des savants divergent)
8 . Le sang des règles et de l?accouchement


Pour ce qui est de la nourriture, de la boisson et du rapport sexuel, la preuve est la Parole d'Allah :
« Désormais, jouissez d'elles, et cherchez ce qu'Allah a prescrit pour vous. Et mangez et buvez jusqu'à ce que vous puissiez distinguer le fil blanc de l'aube du fil noir [de la nuit]. Puis accomplissez le jeûne jusqu'à la nuit. » (Al-Baqarah : 187)
Pour ce qui est de l'éjaculation volontaire provoquée par la recherche de plaisir (shahwah), la preuve est la Parole d'Allah dans le hadith qudsî à propos du jeûneur :
« Il laisse sa nourriture, sa boisson et ses désirs (sexuels) pour Moi. »
Et l'éjaculation est considéré comme une shahwah, d'après la parole du Prophète (salallahu alayhi wasalam) :
 « Et dans le rapport que l'un d'entre vous a avec son épouse, il y a une aumône. » Les Compagnons dirent : « Ô Messager d'Allah ! L'un d'entre nous assouvi son désir (shahwah) et il est récompensé en cela ? » Il dit : « S'il l'avait assouvi (en arabe : il dépose) dans l'illicite, n'aurait-il pas commis un péché ? De même s'il l'assouvit dans le licite, il est récompensé pour cela. » (Muslim)
Et ce que l'on dépose, c'est le sperme (manî) éjaculé. C'est pour cela que l'avis authentique est que le liquide spermatique (madhî) n'annule pas le jeûne même s'il sort sous l'effet du désir et des caresses sans qu'il y ait pourtant pénétration.


Cinquièmement : tout ce qui est assimilé au fait de boire et manger, comme les injections nutritives qui dispensent de boire et de manger, car même si ce n'est pas de la nourriture et de la boisson, elles en portent le sens puisqu'elles dispensent de manger, et ce qui a le sens d'une chose en porte aussi le jugement. Le corps se nourrit ainsi, à travers ces injections. Quant aux injections qui ne sont pas nutritives et ne remplacent pas la nourriture et la boisson, elles n'annulent pas le jeûne, que cette injection soit faite dans une veine ou un muscle ou sur tout autre endroit du corps.
Sixièmement : vomir volontairement, c'est-à-dire faire sortir ce qui est dans le ventre par la bouche, et ce d'après le hadith d'Abû Hurayrah qui rapporte que le Prophète (salallahu alayhi wasalam) a dit : « Celui qui se fait vomir, qu'il compense son jeûne et celui qui est pris de vomissements (involontaires) n'a pas à compenser. »
(Abû Dâwûd, At-Tirmidhî)
La sagesse en cela est que lorsque l'on vomit, le ventre se vide de nourriture et le corps a besoin de combler ce vide. Ainsi nous disons que si c'est un jeûne obligatoire, il n'est pas permis de se faire vomir, car celui qui le fait annule son jeûne.
Septièmement : Le sang extrait par hijâmah, d'après la parole du Prophète (salallahu alayhi wasalam) : « Celui qui pratique la hijâmah et celui qui se la fait faire ont rompu leur jeûne. » (Al-Bukhârî dans ses commentaires, NdT : ce qui signifie que le hadith n'a pas le même degré que ceux rapporté dans le corps du texte du Sahîh)
Huitièmement : Le sang des règles et de l'accouchement, d'après la parole du Prophète (salallahu alayhi wasalam) à propos de la femme : « N'est-ce pas que lorsqu'elle a ses règles, elle ne prie pas et ne jeûne pas. » (Al-Bukhârî, Muslim) Les savants sont unanimes sur le fait que le jeûne de la femme en période de menstrues ou de saignement post-natal n'est pas valide.

Ces actes annulatifs n'invalident le jeûne qu'à trois conditions :
- La science (savoir que cette chose annule le jeûne)
- La présence d'esprit (ne pas avoir oublié au moment où on commet l'acte)
- La volonté (vouloir commettre l'acte en sachant qu'il annule le jeûne)
Donc, si on commet un acte annulatif du jeûne, celui-ci n'est invalidé que si ces trois conditions sont remplies :

Première condition : le jeûneur doit connaître le jugement (sur l'acte qu'il commet) et connaître l'état (dans lequel il est), c'est-à-dire le temps. S'il ne connaît pas le jugement ou l'heure, son jeûne reste valide d'après la Parole d'Allah : « Seigneur, ne nous châtie pas s'il nous arrive d'oublier ou de commettre une erreur » (Al-Baqarah : 286), et Allah a dit : « Je l'ai fait » ; et Sa Parole « Vous n'êtes pas blâmés pour ce que vous faites par erreur, mais pour ce que vos coeurs font délibérément » (Al-Ahzab : 5), et ce sont deux preuves générales.
Il y a aussi dans la sunna des preuves authentiques spécifiques au jeûne. Al-Bukhârî rapporte que Idî ibn Hâtim a jeûné et a placé sous son coussin deux lacets (utilisés pour attacher les pattes du chameau lorsqu'il s'assoit), l'un était noir et l'autre blanc. Il mangea et but jusqu'à ce qu'il puisse distinguer l'un de l'autre, et lorsque ce fut le cas, il s'arrêta. Le lendemain, il informa le Prophète (salallahu alayhi wasalam) de cela, et le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) lui expliqua que le sens du fil blanc et du fil noir dans le verset n'était pas les fils connus, mais que le fil blanc était le fil blanc du jour et le fil noir celui de la nuit. Et le Prophète (salallahu alayhi wasalam) ne lui a pas ordonné de recommencer son jeûne, car il ignorait le jugement et pensait que tel était le sens du verset.
Quant au fait d'ignorer le temps (l'heure) cela est rapporté par Al-Bukhârî d'après Asmâ bint Abî Bakr qui dit : « A l'époque du Prophète, nous avons rompu le jeûne un jour nuageux et ensuite le soleil est réapparu. » Et le Prophète (salallahu alayhi wasalam) ne leur a pas ordonné de compenser ce jour de jeûne, et si cela avait été obligatoire il le leur aurait ordonné, et s'il le leur avait ordonné cela aurait été transmis à la Communauté d'après la Parole d'Allah : « c'est Nous Qui avons fait descendre le Rappel, et c'est Nous Qui le préservons »(Al-Hijr:9). Puisque cela n'a pas été rapporté malgré le nombre de compagnons qui auraient pu le faire, nous savons qu'il ne le leur a pas ordonné et que cela n'est pas obligatoire. Un exemple similaire : si quelqu'un se lève en pensant qu'il fait encore nuit et qu'il mange et boit, puis se rend compte qu'il a mangé et bu après l'arrivée de l'aube, il n'a pas à compenser ce jour car il était ignorant.

Deuxième condition : la présence d'esprit, dont le contraire est l'oubli. S'il mange et boit par oubli, son jeûne reste valide et il n'a pas à compenser ce jour d'après la Parole d'Allah : « Seigneur, ne nous châtie pas s'il nous arrive d'oublier ou de commettre une erreur » et Allah a dit : « Je l'ai fait. » Aussi d'après le hadith d'Abû Hurayrah qui rapporte que le Prophète (salallahu alayhi wasalam) a dit : « Celui qui mange ou boit alors qu'il jeûne, qu'il complète son jeûne, car c'est Allah qui l'a nourrit et abreuvé. » (Al-Bukhârî, Muslim)
Troisième condition : la volonté, c'est-à-dire choisir de faire cet acte annulatif du jeûne. Et s'il ne choisit pas de la faire, son jeûne est valide, qu'il soit contraint ou non, d'après la Parole d'Allah : « Quiconque a renié la foi après avoir cru encourra la colère d'Allah - sauf ceux qui y auraient été contraints par la force alors que leurs coeurs demeurent pleins de la sérénité de la foi - mais ce sont ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance, qui encourront la colère d'Allah et qui auront un châtiment terrible » (An-Nahl : 106) Si la mécréance peut être pardonnée sous la contrainte, alors a fortiori pour ce qui est moindre. Aussi d'après le hadith du Prophète (salallahu  alayhi wasalam) : « Allah a pardonné à ma communauté l'erreur, l'oubli et ce à quoi ils ont été contraints. » (Ibn Mâjah) Ainsi, si de la poussière vole jusqu'au nez du jeûneur et qu'il sent son goût dans sa gorge et descend dans son estomac, son jeûne n'est pas rompu, car il n'a pas voulu cela. De même, si on le contraint à manger et qu'il mange tout en répugnant cela, son jeûne est valide car il n'a pas choisi de le faire. Aussi, si en dormant il a un rêve érotique et éjacule, son jeûne est valide car le dormeur n'a aucune volonté propre. Aussi, si un homme contraint son épouse à un rapport sexuel alors qu'elle jeûne, le jeûne de cette femme reste valide, car elle n'a pas voulu cela.
Fatâwâ Arkân Al-Islâm, p.469-475

 

8) Ce qu'il t'est interdits de faire durant le jeûne:


Ce qui est interdit et détestable pour le jeûneur (Shaikh Salih al-Fawzan)
....Ensuite, sachez qu'il y a un comportement à adopter pour le jeûne afin qu'il soit accompli de la manière prescrite et que l'on en tire des bienfaits, que l'on atteigne l'objectif de Ramadhân et que l'on ne le trouve pas éreintant et sans bénéfice. Comme l'a dit le Prophète (salallahu aleihi wasalam) :
« Il se peut qu'un jeûneur ne tire aucun profit de son jeûne si ce n'est la faim et la soif. »
Le jeûne ne consiste pas uniquement à arrêter de boire et manger, mais c'est aussi délaisser ce qui ne convient pas comme paroles et actes prohibées ou détestables.
Un des Salafs a dit : « Le plus facile dans le jeûne est d'arrêter de boire et de manger. » Cela, car le rapprochement avec Allah ne peut être complet en délaissant des désirs autorisés, qu'avec l'abandon de ce qu'a interdit Allah en toutes circonstances. Même s'il est obligatoire au musulman de délaisser les interdits en tous temps, cela est d'autant plus obligatoire en période de jeûne. Donc celui qui accomplit un interdit en dehors des périodes de jeûne, il est pécheur et mérite le châtiment, mais si cela se passe durant le jeûne, en plus d'être pécheur et de mériter le châtiment, cela affecte son jeûne en le diminuant ou l'annulant.
Le véritable jeûneur est celui dont l'estomac jeûne [en étant privé] de boire et de manger, dont les membres jeûnent [en les empêchant] de pécher, dont la langue jeûne [en la retenant] de prononcer des paroles mauvaises et vaines, dont les oreilles jeûnent [en les empêchant] d'écouter des chansons, des instruments de musique, des paroles médisantes et calomnieuses, et dont les yeux jeûnent [en les privant] de regarder ce qui est interdit.

Le Prophète(salallahu aleihi wasalam) a dit :
« Celui qui ne délaisse pas le mensonge et sa mise en pratique, Allah n'a pas besoin qu'il se prive de manger et de boire. » [Al-Bukhari]
Il est obligatoire au jeûneur de s'abstenir de médire, calomnier et d'insulter les autres, selon ce qu'ont rapporté les deux Shaikh (Al-Bukhari et Muslim) de Abu Hurayrah qui rapporte du Prophète
(salallahu aleihi wasalam) :
« Que celui qui a l'intention de jeûner un jour, ne dise pas d'obscénités et ne soit pas ignorant. Si quelqu'un l'injurie ou l'attaque, qu'il répète : "Je suis en jeûne". »
Et dans les deux Sahih, Abu Hurayrah rapporte un hadith marfu (qui remonte jusqu'au Prophète
(salallahu aleihi wasalam) :
 « Le jeûne est un bouclier, que celui qui a l'intention de jeûner un jour, ne dise pas de grossièretés et ne soit pas ignorant. Si quelqu'un l'insulte, qu'il dise "Je suis en jeûne". »
Le terme "Al-Junnah" (bouclier) est ce qui protège et empêche l'arme de l'ennemi de atteindre celui qui le porte et le blesser.
Le jeûne protège donc la personne de tomber dans les péchés dont la récompense est le châtiment dans ce monde et l'au-delà. Le terme « rafath » englobe les paroles grossières et mauvaises. L'imam Ahmad et d'autres rapportent un hadith remontant au Prophète
(salallahu aleihi wasalam) :
« Le jeûne est un bouclier tant qu'il n'est pas percé. » On lui demanda : « Comment peut-il être percé ? » Il répondit : « Par le mensonge et la médisance. »
C'est une preuve que la médisance fissure le jeûne, ou qu'elle l'affecte. Et si le bouclier est percé, il n'est plus d'aucune utilité pour celui qui l'utilise. De même que le jeûne lorsqu'il est fissuré, il n'y a plus de bénéfice pour celui qui l'accomplit.
La médisance : comme l'a expliqué le Prophète
(salallahu aleihi wasalam), c'est dire de ton frère ce qu'il n'aime pas. Il a été rapporté dans le Musnad Ahmad, que la médisance annule le jeûne : « Deux femmes jeûnaient au temps du Prophète (salallahu aleihi wasalam) et elles ont failli mourir de soif. Ceci fut rapporté au Prophète (salallahu aleihi wasalam), mais il refusa [de leur permettre de rompre le jeûne]. Puis on lui mentionna ces deux femmes de nouveau, et il les fit appeler et leur ordonna de vomir, c'est-à-dire de vider leur estomac. Elles ont vomi et ont rempli un bol de pus, de sang purulent et des morceaux de chair. Alors le Prophète(salallahu aleihi wasalam) dit :
« Ces deux femmes se sont privées de ce qu'Allah leur a autorisé, mais elles ont annulé leur jeûne en faisant ce qu'Allah a rendu illicite pour elles. L'une d'entre elles s'est assise avec l'autre et elles se sont mises à manger de la chair des gens. »
Ce qui s'est passé avec ces deux femmes en présence du Prophète
(salallahu aleihi wasalam) lorsqu'elles ont vomi ces choses affreuses et détestables, cela fait partie des miracles qui se sont produits dans la main du Prophète (salallahu aleihi wasalam) pour montrer aux gens les effets néfastes de la médisance. Et Allah a dit :
« et ne médisez pas les uns des autres. L'un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? »
(Sourate Al-Hujurat ; verset 12)

Ce hadith montre donc que la médisance annule le jeûne, mais c'est une annulation au sens figuré, c'est-à-dire que cela annule la récompense du jeûne.
Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.
Voir: Ittihaaf Ahlil-Imaan bi Duroos Shahri Ramadaan de Shaikh Salih al-Fawzân
Traduit à partir de Al-Ibaanah.com et du texte en arabe sur www.alfuzan.net, publié sur sounna.com



9) Ce qu'il t'est permis de faire durant le jeûne du Ramadan:


Se laver pour se rafraîchir ( en cas de chaleur, pour Janaba ou autres nécessités ).
« Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) versait de l'eau sur sa tête alors qu'il jeûnait à cause de la soif ou de la chaleur. »
Hadith authentique. réf. le Sahih Sounane abi Dawoud n°2072

Le rinçage de la bouche ainsi que l'aspiration de l'eau par les narines.
Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« ... Insiste sur l'aspiration de l'eau ( par les narines) lors des ablutions sauf si tu es en état de jeûne. »
Hadith Sahih ref. Sounane abi Dawoud. A savoir, si par accident lors des ablutions, la personne venait à avaler de l'eau, ceci n'annulerait pas son jeûne Voir la réponse de Cheikh ibnou Uthaymine dans Fatawa as Siyam p. 38

Il est permis d?embrasser sa femme ou de lui faire une caresse.
Nous tenons à avertir que ceci concerne celui qui est capable de se retenir d?aller jusqu?au rapport charnel. L'épouse du Prophète(Paix et bénédiction d'Allah sur lui) Aïcha a dit :
« Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) embrassait et touchait ses femmes alors qu'il jeûnait et il était le plus à même de se retenir. » Hadith Sahih rapporté par al Boukhari, Mouslim, abou Dawoud et Tirmidhi
Remarque : Ce Hadith étant Sahih, il annule toute interprétation comme l'énonce la règle suivante : « Si la transmission est authentique, la raison en témoigne » Tiré du livre as-Sabil.
Par conséquent, si la personne a un écoulement de « Madhi » (Le Madhi est le liquide transparent apparaissant après l'excitation) cela n'annule pas le jeûne mais nécessite le lavage de la partie ainsi que le nettoyage à l'eau de l'endroit souillé. De plus cette personne doit refaire ses ablutions si elle veut prier.
Cependant s'il s'agit du « Mani »  (Le Mani est le liquide spermatique), les savants ont divergé mais selon la parole la plus vraisemblable le jeûne n'est pas annulé, car selon un Athar (Texte, récit d?un pieux prédécesseur), on questionna Jaber ibn Zaïd sur un homme qui éjacula pendant le mois de Ramadhan après avoir regardé sa femme avec un fort désir : « A-t-il annulé son jeûne ? Non, répondit-il, qu'il continue son jeûne ».

Le Siwak ( frottoir à dents ), le parfum, le noir pour les yeux (Khôl), le Henné, les gouttes pour les yeux et les oreilles ainsi que les piqûres ( injections non nutritives ) et avaler sa salive.
L?origine de tout cela est la permission car si cela était interdit pour le jeûneur, Allah nous en aurait informé et de plus le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) nous en aurait averti. Allah a dit dans le Coran :
 " Et ton seigneur n'oublie point." S19 V64
voir pour plus d'information : Cheikh ibn Baz ( les gouttes pour les yeux et les oreilles : p. 43 ; avaler sa salive : p.38)
Cheikh ibn ?Utheymine (le parfum : p. 43 ; le Hénné : p. 45 ; le Siwak : p. 39) dans le livre « Fatawa Siyyam »

Quant aux piqûres, elles sont de deux sortes :
Celles destinées aux soins et celles qui sont nutritives (qui vont alimenter l'organisme telle que la perfusion). La première catégorie n'annule pas le jeûne alors que la seconde l'annule car indirectement elle remplit la fonction nutritive, elle est considérée comme de la nourriture que l'on consomme par voie naturelle. A ce propos, il est dit religieusement : « Si le sens est prouvé, qu'importe la forme ».
Voir la réponse du Cheikh ibnou ?Utheymine page 42 du livre « Fatawa Siyam ».




10) Les actes méritoires du jeûne du mois de Ramadan:

Faire preuve de générosité, de bienfaisance et s'adonner à l'étude du Coran
« Le Messager d'Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) était l'homme le plus généreux quant au fait de faire le bien. C'était lors du mois de Ramadhan, quand il rencontrait l'ange Djibril, qu'il était le plus généreux. Et, Djibril le rencontrait chaque nuit du mois de Ramadhan où ils étudiaient ensemble le Coran. Quand Djibril(Paix sur Lui) rencontrait le Messager d'Allah, ce dernier était plus généreux à faire le bien que le vent envoyé »
Rapporté par al Boukhari et Mouslim

Le mérite de la prière nocturne:
D'après abou Houreïra (Qu'Allah l'agrée), le Messager d'Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« Celui qui prie pendant les nuits de Ramadhan avec foi et conviction de la récompense, ses fautes passées lui seront pardonnées. »
Rapporté par al Boukhari et Mouslim

Le repas pris à la fin de la nuit, avant la prière de l'aube:
D'après Anas le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« Prenez le Souhour car il y a dans le Souhour une bénédiction. »
Rapporté par al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, Nassaï et ibnou Maja

 Cheikh ibn Utheymine dit que la bénédiction (Baraka) se divise en deux :
· la première partie est religieuse tel que le fait d'appliquer et de suivre la Sounnah du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) ;
· la deuxième partie est corporelle tel que le fait de s'alimenter pour se fortifier, ce qui aide le jeûneur dans ce sens.
Le Souhour peut être pris avec une gorgée d'eau uniquement. D'après le Hadith rapporté par Abdoullah ibnou Amr , le Messager d'Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« Prenez le Souhour ne serait-ce qu'avec une gorgée d'eau. »
Rapporté par ibnou Hibban, voir sahih al-jami? n° 2945

S'empresser de rompre le jeûne:
D'après Sahl ben Sa'd , le Messager d'Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« Les gens ne cesseront d'être dans le bien tant qu'ils s'empresseront de rompre le jeûne. »
Rapporté par al Boukhari, Mouslim et Tirmidhi

AU MOMENT DE LA RUPTURE DU JEUNE :
Qu'il rompt le jeûne avant de prier.
Qu'il rompt le jeûne avec des dattes mûres et fraîches, s'il n'en trouve pas alors avec des dattes sèches ou sinon avec une gorgée d'eau. Anas a dit que le Messager d'Allah rompait son jeûne par quelques dattes mûres avant de faire la prière. S'il n'en trouvait pas, il se contentait de petites dattes simples. Puis s'il n'en trouvait pas, il buvait quelques gorgées d'eau.
Hadith -Sahih rapporté par abou Dawoud et Tirmidhi
Qu'il dise l'invocation de la rupture du jeûne. D'après ibnou Omar, lorsque le Prophète rompait son jeûne, il disait cette invocation

« Dhahaba z-zama'u wa btallati-l-'urûqu wa thabata-l-ajru in shâ'a l-lâhu »

« La soif s'en est allée, les veines sont alimentées et la récompense nous sera fermement accordée si Allah le veut »

Qu'il ne manque pas de faire la prière du Maghreb en commun à la mosquée après qu'il ait rompu son jeûne d'une datte tendre ou autre chose. Lorsqu'il a terminé sa prière, qu'il revienne à son repas.

La retraite pieuse (al I'tikaf):
D'après Aïcha, le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) faisait la retraite pieuse pendant les dix derniers jours du mois de Ramadhan jusqu'à sa mort. Après sa mort, ses femmes continuaient à la faire.
voir al Boukhari et Mouslim

Voici donc quelques actes méritoires que nous avons pu énoncer.



11) Le comportement du jeûneur:

Allah a institué à Ses serviteurs des règles à suivre, et il convient d'y porter une grande attention. Parmi ces règles , il y a :

1 - L'effort dans la diversité des adorations et dans la lecture du Coran.
2 - L'augmentation des aumônes aux pauvres et aux nécessiteux.
3 - L'assiduité à la prière de la nuit en commun.
4 - L'augmentation des actes d'adorations dans les dix derniers jours de ce mois.
5 - Le fait de préserver sa langue du verbiage futile.
6 - Le fait de pardonner les erreurs de nos frères musulmans ainsi que leurs offenses.
7 - Le fait de s'éloigner de celui qui cause du tort et de lui dire en cas de préjudice : « Je jeûne ! ».

Dans un Hadith divin (Qoudoussi), d'après abou Houreïra, le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« Toutes les oeuvres que le fils d'Adam accomplit sont pour lui sauf le jeûne, il est pour Moi ... Quand l'un de vous jeûne, qu'il s'abstienne de dire des grossièretés et qu'il n'élève pas la voix et qu'il n'agisse pas avec ignorance. Si quelqu'un l'insulte ou le provoque au combat, qu'il se contente de dire : « Je suis en état de jeûne. »
Rapporté par al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, ibnou Maja et Nassaï.

Toujours d'après abou Horeïra, le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Celui qui ne s'abstient pas des propos mensongers, ni d'agir avec tromperie, Allah n'a nul besoin qu'il se prive de nourriture et de boisson. »
Rapporté par al Boukhari .

 - La rupture du jeûne doit être faite sans gaspillage ni parcimonie .
tiré du site al.baida.

12) Conseille de Cheikh Zayd al Madkhali pour le jeûne du mois de Ramadan

Question : « Il (celui qui pose la question) dit : « O honorable Cheikh, le mois de Ramadan approche pour les adorateurs insha Allah, donc, quel est votre recommandation pour les musulmans, et spécialement pour ceux qui résident dans des pays non musulmans ? »

Réponse de Cheikh Zayd : « Notre recommandation pour nous-mêmes et pour l'ensemble des musulmans, est le repentir sincère de ce qui s'est produit comme manque, erreurs et péchés dans le passé.

Deuxièmement, d'être prêt et avoir une intention sincère et pure de jeûner Ramadan de la meilleure façon, et de veiller ses nuits ou pour salat at-tarawih, car celui qui prie derrière l'imam jusqu'à ce qu'il s'en aille, Allah lui écrit la récompense d'une nuit complète (passée en prière).

Et notre recommandation à celui qui fait imam dans les prières de tarawih, est qu'il fasse preuve de sagesse dans sa prière, qu'il ne la fasse pas trop vite, mais aussi qu'il ne l'a fasse pas trop lentement, qu'il soit sage afin de ne pas porter atteinte à ceux qui prient derrière lui en la faisant trop longue. Et qu'il ne diminue pas les récitations, le roukou3 (inclinaison) et le soudjoud (prosternation) [c'est à dire, qu'il ne les fasse pas trop vite], comme ça, ça ne l'empêchera pas d'avoir la récompense complète.

Et qu'il évite les interdits durant les jours et les nuits du mois de Ramadan, qu'il retienne sa langue de la calomnie, de la médisance et des « on-dit (al qil wal qal) » et qu'ils orientent (plutôt) sa langue vers le rappel d'Allah, et à la tete de cela, la lecture du Saint Coran. Qu'il lise beaucoup le Coran, et qu'il multiplie les repentir et al-istighfaar (demande de pardon auprès d'Allah).

Et dès qu'il rentre dans les derniers jours (du mois de Ramadan), il doit faire plus d'efforts, dans les dix derniers jours du mois dans l'adoration d'Allah et l'obéissance à Allah, et il essaie de faire le bien dans tous les domaines : comme le fait de donner des sadaqaate (aumônes) à ceux qui la méritent, et d'enseigner la science, et de multiplier les rappels et les prières...

Et si le mois de Ramadan s'achève, et qu'il peut jeûner 6 jours du mois de Chawwal, cela est l'équivalent du jeûne du Dahr (l'année toute entière).

Et s'il continue à faire des efforts dans l'accomplissement de ses prières et dans la préservation de son corps, et fait d'avantage d'obéissance à Allah, s'il fait cela, alors cela est une preuve qu'Allah a accepté ses oeuvres dans (le mois) de Ramadan.
Mais, si (le mois de) Ramadan s'achève et qu'il délaisse l'obéissance et l'adoration d'Allah et commence à commettre des péchés, cela est une preuve qu'il n'a pas tiré profit (du mois) de Ramadan.

Et Allah est le plus Savant. »



Si nous avons pu par cela aider les musulmans c'est par la grâce d'Allah et si ce texte contient des erreurs elle proviennent de nous ou de shaytan.
Il est possible que cet exposé ne répond pas à toute les questions que les musulmans peuvent se poser concernant le jeûne du mois de Ramadan, dans ce cas nous conseillons à tous de revenir vers les gens de science, c'est-à-dire les savants et de les appeler pour qu'ils répondent à vos questions ou d'aller sur les sites internets ou ont y trouves les paroles savants de l'islam concernant le jeûne du mois de Ramadan. Nous signalons aussi que dans ce traité nous n'avons pas exposer non plus les choses à savoir concernant la zakat al fitr et une fois encore nous conseillons à tous de revenir vers les articles de savants sur cela car c'est aussi un sujet très important et le musulman doit s'en informer.

« Demandez donc aux Gens du rappel si vous ne savez pas. »
(Sourate 21 verset 7)

Enfin nous ne voyons aucun mal à ce que toute personne diffuse cet exposé par tous les moyens qui sont possibles aujourd’hui tels qu’en les imprimant ou par la diffusion sur internet, et tous ce qui est possibles afin de s’entraider dans les biens et d’avertir les musulmans concernant ce qu’ils leurs est nécessaire de connaître concernant le jeûne du mois de Ramadan.

"Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression."
(S 5 V 2)

Qu'Allah récompense le frère qui a rassemblé cet article ! amine

Publié dans =>Jeûne

Commenter cet article