Présentation du Tadjweed

Publié le par AzX Alqauqazi

Bismillahi Rahmani Rahim
alhamdoulilahi Rabi l'alamine wa salat wa salam 'ala achraf khalqi Lah wa imam al moursaline. Ama ba'd,


Chers frères et sœurs, ce qui suit est une introduction à la science du "tajwid".
Dans le souci que tous les frères et sœurs puissent avoir un minimum d'accès à cette science, les différents postes seront sous forme de cours théoriques suivis de quelques exercices afin de mieux se perfectionner et qui d'ailleurs seront corrigés.
Qu'Allah nous rassemble autour de la science bénéfique, qu'Il nous en fasse profiter pleinement et qu'Il accepte nos œuvres. Amîne.

 


Leçon N°1: Introduction.

I/ Définition

* Linguistiquement: le tadjwid signifie l'amélioration.

* techniquement: c'est le fait de donner à chaque lettre son droit.

 

II/ Statut juridique

Il est obligatoire à tout musulman et musulmane, qu'ils soient arabes ou non arabes, de réciter le Coran selon les règles authentiques de la récitation qui remontent jusqu'au Prophète 'alayhi salat wa salam.

En effet, Allah Jallah Jalalouh a dit :

"Et récite le Coran, lentement et clairement"

(Sourate L'Enveloppé verset 4)

 

III/ Pourquoi apprendre le tadjwid

Saches mon frère que c'est par ce moyen que tu pourras réciter le Coran comme il fut révélé; car Allah l'a enseigné au Prophète salallahou 'alayhi wa sallam par l'intermédiaire de Djibril 'alayhi salllam, puis le Prophète salallahou 'alayhi wa sallam l'a enseigné aux compagnons qui eux l'ont enseigné aux tabi'ines et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il parvienne aux savants de la science du "tadjwid" de notre époque.
En effet, les spécialistes dans la science de la récitation du Coran possèdent une chaîne de transmission, en ce qui concerne leur lecture, qui remonte jusqu'au Prophète salallahou 'alayhi wa sallam.


IV/ Parole de l'imam Ibn Al Djazari rahimahoullah choisies pour illustrer ce qui précède.

a) Concernant l'obligation du tadjwid et le pourquoi

"Apprendre le tajwid est obligatoire

Celui qui ne récite pas le Qor'an selon les règles de tadjwid est pêcheur

Du fait que c'est selon elle (c'est-à-dire les règles de tadjwid) qu'Allah l'a révélé (c'est-à-dire le Qor'an)

Et c'est ainsi que de Lui à nous il est arrivé"

 

Incha'Allah les cours qui suivront seront selon la transmission (riwaya) de Hafs d'après la lecture (qira-a) de 'Assim dans la mesure où c'est selon cette riwaya que la grande majorité lit.


Qui est 'Assim?

Il était l'imam de Kouffa en Irak, le récitateur de son époque, Abou Bakr 'Assim Ibn Abi Nadjoud Al Assadi.
L'imam Ahmad a dit de lui qu'il était "pieux et de confiance".
Sharik a dit de lui qu'il était "un homme de la sounnah"
L'imam Dhahabi a dit de lui qu'il était "véridique dans le haddith"
Il a pris sa lecture de Zir Ibn Habish et d' Abi 'Abdirahmane As-soulami. Lorsque ce dernier mourut alors c'est a 'Assim que revint l'imama a Kouffa.
'Assim est compté parmi les tabi'ines et ses narrations figure dans les six livres mère de la sounnah.
Il est mort a la fin de l'année 127 de l'Hégire et sa dernière parole sur cette Terre fut :
"Ils sont ensuite ramenés vers Allah, leur vrai Maître. C'est à Lui qu'appartient le jugement et Il est le plus prompt des juges."
Sourate al An'am verset 62.

Qui est Hafs?

Il est Abou Bakr Hafs Ibn Soulaymane Al Assadi.
Il est né en l'an 90 de l'Hégire.
Il a récité le Qor'an à 'Assim et est devenu parmi les plus savants en ce qui concerne la lecture de 'Assim.
Cependant en ce qui concerne le haddith il était considéré comme faible.
Yahya Ibn Ma'ine a dit: Hafs et Abou Bakr(il s'agit de Shou'ba, l'autre rawi de la lecture de 'Assim) étaient parmi les plus savant en ce qui concerne la lecture de 'Assim, et Hafs était meilleur lecteur que Abi Bakr, mais cependant Hafs était menteur alors que Abi Bakr était véridique.
Abou Hatim a dit : Il ne faut pas écrire le haddith venant de lui, il est faible concernant le haddith, il n'est pas veridique, le haddith venant de lui est a délaisser.
Biensur concernant la lecture sa faiblesse dans le haddith n'enlève rien à son statut.
Un grand nombre de personnes ont pris leur lecture de Hafs, d'ailleurs l'imam Ibn Al Djazari rapporte une cinquantaine de voies authentiques concernant la riwaya de Hafs.
Il est mort en 180.
Aujourd'hui la riwaya de Hafs est la plus répandue à travers le monde et c'est aussi celle qui est lue généralement en France.

Qu'Allah fasse miséricorde à nos deux imam et les place dans son Firdaws,amine!

La chaine de transmission de cette riwaya:

Hafs à pris sa lecture de 'Assim
'Assim à pris de Zir et de As-soulami
Ceux deux derniers ont pris de Ibn Mass'oud, 'Othmane Ibn 'Affan, 'Ali Ibn Talib et As-soulami a pris en plus de Oubay ibn Ka'b et Zayd Ibn Thabit.
Et ces Sahabi ont pris du Prophète salallahou 'alayhi wa salam.

 

Leçon n°2 : Les différents types d'erreurs commises dans le tadjwid.

En arabe l'erreur dans le tadjwid s'appelle :(a-lahn)

L'erreur dans le tadjwid est de deux sortes : la faute grave et la faute légère.


I/ La faute grave.


En arabe son nom est (a-lahn ldjaliyou)

La faute grave dans le tadjwid est l'erreur qui se produit lorsque la personne remplace une lettre par une autre, une vocalisation par une autre que cela change le sens ou non.
De plus, lorsque ce genre de faute se produit, la personne peut commettre du koufr, ce qui est vraiment très grave.
Par exemple dans sourate Al Fatiha si la personne récite "iyyaka na'boudou" sans mettre de chadda sur le ya alors cela change complètement le sens et cela devient une parole de mécréance. En effet, le sens de ce verset lorsqu'il est récité correctement signifie "c'est Toi Seul que nous adorons" tandis que récité sans la chadda sur le ya le sens devient "c'est la lumière du soleil que nous adorons". Vous voyez bien ici l'énorme différence et la gravité de l'erreur.
Ainsi les savants ont jugé ce genre de fautes illicite, c'est-à-dire que la personne s'en rendant coupable est pêcheur.

 

II/ La faute légère

En arabe son nom est ( a-lahnou lkhafiyou)

Ce type de faute ce produit lorsque la personne commet une erreur technique dans le tadjwid comme par exemple le fait de délaissé une ghounna, raccourcir un mad, allonger un son cour, etc … Les savants ont jugé ce genre de faute makrouh (détestable). Cependant, il existe tout de même une divergence à ce sujet car certains savants jugent aussi ce genre de faute haram mais à un degré inférieur que la faute grave.

Ainsi le meilleur pour tout musulman est de s'appliquer à parfaire sa connaissance du tadjwid afin d'échapper au maximum à la faute et de recevoir pleinement la récompense de sa lecture.

Sinon une soeur (qui d'après mon sens de l'observation participe aussi au forum al minhadj,donc je me permet de recopier sa question) m'avait ensuite posée la question suivante :

je souhaiterai savoir en fait concernant al iqlab dans une sourate il yavait un iqlab en fin de phrase et c'etait le dernier verset de la sourat donca ma surprit jai demandé a ma prof et elle am dit wallahu'alam quelle ne savait aps, et bon elle am dit que cetait peut etre aprce que il ya bismillah... juste apres la fin du verset, mais dans ce cas pour tant meme si bismillah commenbce apr un ba il ya separation non entre le dernier verset de al suorate precedente et le bismillah de la sourate suivante non??, on en fait jamais la liaison normalement non?

et j'ai répondu:

concernant riwayate hafs 'an assim il est normal de trouver le signe de l'iqlab sur le dernier mot du dernier verset d'une sourate comme c'est les cas par exemple de sourate Al-Houmaza, Al-Fil et Qoraïch.
En effet, selon hafs il est permis de faire la liaison entre le dernier verset d'une sourate,la basmalah et le premier verset de la sourate suivante.
Par exemple vous pouvez lire comme suit:

"Fadja'alahoum kasfimma-koulimbismillahi rahmani rahimi li ilaafi qoraysh"

Ainsi en lisant comme cela vous liez la basmalah au mot ma-koulin. Le mot ma-koulin se terminant par un tanwin et étant suivit par bismillahi qui est un mot commençant par la lettre ba alors vous appliquez la règle de l'iqlab.

Sinon concernant la règle que la majorité connaisse sous le nom de l'iqlab alors il faut savoir que le terme arabe ( c'est à dire propre à l'arabe litteraire) et le terme juste comme le souligne les savants du tadjwid c'est Al qalb.
L'imam Al Djazari a dit:

sens en français:les règles s'appliquant au tanwine et au noun (sakina) sont al idh-har, al idgham, al qalb et al ikhfa.

inchallah tout cela sera eclairci dans les chapitres correspondant.

Voilà mes frères et soeurs,j'espère que ce post aidera certains d'apprendre d'un point de vue technique à réciter le Qor-an comme il se doit, car d'un point de vue pratique le professeur est necéssaire.

-------------------------------------------------------

posté par al-baydawi sur www.alminhadj.com

Publié dans =>Tadjweed

Commenter cet article

Imane 07/08/2007 21:49

salamoralaykum jazakaAllahokhayr pour cette lecon. Je voulais savoir si pour les personnes qui on des difficulté à lire ou qui n'on jamais été à l'école arabe.est-ce considéré comme un péché grave?